Le BTP se met au vert

Particulièrement gourmand, le secteur du bâtiment consomme 40% de l’énergie, devant les transports et l’industrie (30% pour les deux). Avec les préoccupations de plus en plus pesante quant à l’écologie et à la consommation d’énergie, de nouveaux concepts émergent : maisons passives, recyclage des déchets en matériaux « propres ».

Le recyclage des déchets

En Septembre 2013, le Président de la République, en étroite collaboration avec le ministre du redressement productif, a décidé de mettre en place la « Nouvelle France Industrielle ». 34 plans de reconquête sont alors abordés et beaucoup impliquent la réduction de consommation d’énergie.
Dans le secteur du BTP, les tendances sont donc à l’utilisation d’énergies renouvelables (vent, bois, biomasse, méthanisation des déchets organiques, hydroelectricité…). Le coût de ces énergies est souvent, à l’heure actuelle, plus élevé que pour les énergies fossiles. Les installations sont en effet coûteuses (utilisation de matériaux rares) mais permettent un retour sur investissement très important. Lorsque l’on construit une maison à énergie positive par exemple, le coût est plus élevé de 7 à 20% que pour une maison traditionnelle. Cependant, au bout de 20 ans, l’investissement est rentabilisé, car le chauffage, l’électricité et l’eau utilisés auront eu un coût bien moins important.

« Même si, à l’heure actuelle, le bois a un coût plus élevé que le béton ou l’acier, la tendance s’inversera dans les années à venir. »

 

L’utilisation de nouveaux matériaux

Construire des buildings avec des matériaux écologiques, tout en conservant la solidité de l’acier et du béton, c’est possible. Selon Michael Green, des structures construites à partir de bois issus de forêts gérées durablement permettraient de réduire considérablement le prix de l’extraction de matières fossiles.
En effet, l’ONU affirme que d’ici 2050, 70% de la population vivra en ville (soit environ 7 milliards d’humains selon les prévisions), d’où la nécessité de trouver des solutions durables de constructions verticales. Même si, à l’heure actuelle, le bois a un coût plus élevé que le béton ou l’acier, la tendance s’inversera dans les années à venir. Par ailleurs, le montant des taxes liées à la pollution (taxe carbone) augmentent afin d’encourager l’écologie.
En ce qui concerne les maisons, la construction a également de l’importance. Alors que les matériaux utilisés dans les années 1970 entraînent des consommations importantes d’énergies (mauvaise isolation, matériaux à remplacer), de nouvelles maisons, à énergie positive (ou maisons passives) sont construites.

Bâtiments à énergie positive

Une maison est dite passive lorsqu’elle produit elle-même l’électricité qu’elle utilise. Pour cela, il existe différents procédés :
• Les panneaux photovoltaïques. Situés sur les toits ou les murs, ils transforment l’énergie solaire en électricité. Cette électricité est souvent utilisée pour le chauffage.
• Les éoliennes
• L’isolation. Facteur particulièrement important dans la perte de chaleur, elle permet de limiter les fuites. Il est nécessaire de bien isoler les portes et fenêtres, ainsi que les murs.
• Limitation des consommations par les appareils électroménagers. L’utilisation d’ampoules à faible consommation par exemple, mais cela s’étend aussi aux machines à laver, réfrigérateur, ordinateurs…
• Utilisation de la biomasse (biocarburants, bois, biogaz…)
Pour les maisons les mieux équipées, des solutions domotiques existent. On peut par exemple contrôler l’orientation des panneaux solaires afin de capter le maximum d’énergie, ou encore ouvrir les fenêtres en fonction de l’heure du jour afin de faire rentrer la chaleur ou au contraire l’air frais.
Ces solutions de maisons passives peuvent s’appliquer également en entreprises. Par exemple, de nombreuses structures sont équipées de salles de serveurs, refroidies par air climatisé. L’idée est de recycler cette chaleur (en hiver), afin de chauffer les bureaux. Il est même possible d’alimenter les habitations et bâtiments environnants. Cependant, il est très difficile de stocker cette énergie.
Pour l’instant, ces solutions sont utopiques, mais de nombreuses entreprises sont prêtes à investir dans la réduction de leurs factures énergétiques. Ces processus sont malgré tout très longs mais sont nécessaires à la préservation de l’environnement.

 

Ces offres d’emploi devraient vous intéresser

Annonces dans l’écologie

Découvrez toutes nos annonces d’emploi dans le secteur de l’écologie

Annonces dans le secteur de l’énergie

Toutes les offres d’emploi dans le secteur de l’énergie